Gagner de l’argent avec des livres

VIDÉO: Gagner de l’argent, le “Business model” du livre et de la formation numériques Auteurs, formateurs, blogueurs, travailleuses et travailleurs du web, camarades de tous les pays, nous nous demandons tous comment gagner de l’argent sur internet. J’explore avec Cédric Debacq un certain business model… 1. Créer un revenu complémentaire sur le net Cédric Debacq …

1 an de Kiva !

1 an de Kiva !

kiva-1yearCe matin, j’ai reçu un email – automatique – mais bien sympathique cependant, qui m’a rempli de bonheur!

Cela fait un an que j’ai commencé à prêter de l’argent à Kiva qui le prête à son tour à des micro-entrepreneurs comme moi, mais qui n’ont pas eu la chance de naître dans un pays où les choses sont plus faciles.

Je ne dis pas que cela fut facile pour moi. Non. Je dis simplement qu’elles furent “plus” faciles, toutes proportions gardées, et mon cheminement personnel est loin d’être fini.

Depuis le 13 février 2014, j’ai aidé près de 50 personnes sur toute la planète et j’ai choisi – après mûre réflexion – de faire du tam-tam sur les réseaux sociaux à ce sujet. Et cela, dès que possible.

Je m’en explique aujourd’hui.

Je sais, c’est peut-être mal vu de rendre publics ses actes de “charité” ; sauf que là, il ne s’agit PAS DU TOUT de charité: à KIVA nous prêtons sans intérêts à des gens qui REMBOURSENT. Ce n’est pas du don.

C’est une forme d’altruisme, et je trouve que l’altruisme doit être promu, ce qui explique ma démarche: c’est KIVA que je souhaite faire connaître, pas ma propre personne.

Avec mon épouse, Cristina,nous avons créé et développé deux entreprises en Roumanie: une spécialisée dans le team-building, puis aussi le premier parc d’aventures de ce pays, ouvert en juillet 2006…

À l’époque, nous n’avons pas pu compter sur les banques pour nous prêter l’argent nécessaire, ni sur le financement participatif qui n’existait pas, mais sur nos propres ressources financières: nous avons vendu notre appartement et mon père Gérard nous a prêté ce qui nous manquait pour boucler le budget.

Après des débuts bien difficiles – comme beaucoup d’entreprises – nous avons accueilli des milliers de clients, converti les gens aux joies du sport et de la nature, et le parc a fait vivre pendant huit ans une dizaine de personnes.

Nous avons remboursé mon père, et j’aurais aimé pouvoir rembourser n’importe qui pouvant prêter de l’argent sans intérêt et sans toute la bureaucratie et les abus des banques.

Alors j’ai pris et je prends attitude et promeus KIVA dès que possible.

Allez voir de ma part la page de KIVA France sur Facebook 🙂

Merci de votre temps et à bientôt dans un an 🙂

Olivier