Ecrire de la fiction avec plaisir et motivation: les arcs narratifs

Fiction: arcs narratifs

Outre la manière “linéaire” de considérer une fiction comme on l’a vu précédemment avec les intrigues et les scènes, il existe une manière visuelle et graphique : ce sont ce que l’on appelle les “arcs”.

Voir toute la transcription du podcast...

Voici les étapes à parcourir dans ce cours :
Tout d’abord, savoir qu’il existe dans la fiction un univers “lisible” et un univers qui reste caché, inconnu à vos lecteurs
comprendre le concept d’arc de fiction ou arc narratif. Vous verrez, nous étudierons des petits dessins sympas 🙂
bien assimiler les arcs de personnages, qui sont en fait les composantes de l’arc narratif global de votre fiction
nous parlerons enfin rapidement du découpage “classique” d’une oeuvre de fiction avec les fameux 3 actes.

Lorsque vous lisez un roman, vous parcourez de façon linéaire un ensemble d’événements, des aventures, dont seules apparaissent quelques scènes. C’est un choix séquentiel délibéré de la part de l’auteur, qui cherche à susciter en vous de puissantes émotions. C’est un peu la partie visible de l’iceberg : le reste, ce qui explique le déroulement des actions, vous le déduirez ou le comprendrez au fur et à mesure : il est impossible de TOUT écrire dans une fiction, de décrire tout l’univers en somme.

Lorsque vous êtes auteur de fiction en revanche, il faut vous occuper AUSSI de la partie immergée de l’iceberg : le contexte historique, la description précise de l’univers, de la nature, de l’architecture, des moeurs des habitants, etc. En fait, pour créer et organiser votre fiction (je ne dis pas écrire, attention), il vous faut avoir une vision globale et “moléculaire” de l’univers, des personnages, des lieux, etc. Rassurez-vous, nous verrons cela un peu plus tard lorsque nous parlerons de la carte mentale.

Retenez en gros que vous devez en savoir 8 à 10 fois plus que le lecteur, que ce que vous allez écrire en fait à son attention, pour bien posséder votre sujet.
Encore une fois, rassurez-vous car je ne vous dis pas ici qu’il faut ÉCRIRE 10 fois plus.
Non, je vous explique qu’il faut en SAVOIR beaucoup plus que ce que vous allez EFFECTIVEMENT écrire.

Moi j’adore les petits dessins pour expliquer des concepts un peu difficiles. Pas vous ?
Alors regardons ce petit graphique tout simple que je vous donne également en ressources.
En fait, c’est un peu “l’électrocardiogramme émotionnel” du film “la Guerre des Etoiles” dont nous avons parlé précédemment.
L’axe horizontal des abscisses, en bas, représente de gauche à droite le temps, du début à la fin du film.
L’axe vertical des ordonnées, à gauche, représente de haut en bas ce que l’auteur du dessin a appelé “l’engagement”. On peut aussi parler de la tension ou des émotions que vous ressentez en regardant le film “la Guerre des Etoiles”. Evidemment, il est impossible de “chiffrer” cette émotion, mais bon on peut tout simplement avoir un ordre d’idées entre l’indifférence totale et l’intense satisfaction du spectateur, ou du lecteur de votre future fiction…

Alors vous allez vite comprendre : en fait le scénariste fait parcourir une sorte de “montagne russe” émotionnelle aux spectateurs du début à la fin du film, avec des moments calmes, d’autres de plus en plus tendus, et la tendance est évidemment d’augmenter cette tension jusqu’au moment culminant, c’est à dire lorsque Luke Skywalker utilise la force pour détruire l’étoile Noire. Ensuite la tension baisse complètement au moment de la victoire et des cérémonies qui la suivent sur la planète des rebelles.

Alors regardez bien : j’ai mis des flèches rouges sur les sommets de cet Arc narratif, c’est à dire les moments et les scènes où la tension est élevée pour continuer à s’accentuer tout au long du film.
Par exemple on retrouve chronologiquement : la capture des rebelles par l’Empire, l’assassinat des parents de Luke, la destruction de la planète Aldébaran, l’apparition de l’Etoile Noire, la mort d’Obi-Wan Kenobi puis la destruction finale de l’Etoile Noire.

Les spectateurs veulent avoir des émotions fortes. Ils ont payé pour cela, pour du grand spectacle.
C’est aussi ce que veulent vos futurs lecteurs. Evidemment vous n’aurez pas les moyens techniques de ce grand film, mais n’oubliez jamais que tous les grands films ont d’abord été des scénarios de fiction. Des scénarios écrits sur du papier.

Pour pouvoir permettre au spectateur (ou à votre lecteur de fiction) de reprendre ses esprits, de se préparer avant la nouvelle puissante émotion qui l’attend, il faut lui offrir des moments de calme relatif durant des scènes appropriées que j’ai mis en évidence avec des flèches vertes ici.
Elles sont donc tout à fait en bas de la courbe et on retrouve par exemple l’apparition d’Obi-Wan, de Han Solo, l’entraînement de Luke à la base rebelle, la diversion orchestrée par Obi-Wan, encore une scène à la base avant l’attaque de l’Etoile Noire.

À la fin j’ai mis une grande flèche verte car ici le choix a été de terminer le film sur un moment de détente et de satisfaction après la victoire. Lorsque vous écrirez votre fiction, vous devrez choisir comment terminer votre oeuvre : vous pouvez tout à fait décider de conclure au contraire sur une scène à la tension maximale, où l’on ne sait pas ce qui va se passer, pour que, éventuellement, votre lectorat veuille connaître la suite dans un prochain livre ?

À l’époque en 1977, George Lucas ne savait pas qu’il allait obtenir un succès phénoménal et le film était donc présenté comme se suffisant à lui-même en quelque sorte… En tout cas, je vous souhaite au moins le même succès que ce film lorsque vous écrirez votre fiction en un mois 🙂

De façon similaire à l’Arc narratif qui vous donne si vous voulez une vue d’ensemble des émotions, de la tension suscitée par votre oeuvre de fiction sur vos lecteurs, il existe des “arcs de personnages”.
Votre job en effet est de mettre en scène des personnages principaux et secondaires qui eux-aussi vont connaître une évolution personnelle et/ou psychologique tout au long de votre fiction.

Comme précédemment l’axe horizontal en bas représente le temps, mais l’axe vertical quant à lui représente une variation entre en bas l’ordre, et en haut le chaos. On aurait pu reprendre les mêmes ordonnées avec la tension. Mais ne vous arrêtez-pas à cela, tentez juste de comprendre l’idée sous-jacente.

Sur ce schéma par exemple, on voit en bleu le “story arc”, c’est à dire l’arc narratif que nous avons vu juste avant. Dans cet exemple, l’arc narratif n’est pas très élaboré comme dans le cas de la “Guerre des Etoiles”, mais il faut imaginer qu’en fait cet arc est un peu “la résultante” des arcs de personnages.

En rouge maintenant on peut voir l’arc du personnage principal : dans le cas présent il va connaître une progression vers le chaos pour finalement revenir au calme vers la fin de la fiction.

Enfin, en noir vous voyez la représentation de sous-intrigues relatives aux arcs des personnages secondaires.

En fait, retenez simplement que ce type de schéma peut vous aider grandement à construire votre fiction d’un point de vue global AVANT de l’écrire. Vous aurez ainsi une impression visuelle de ce que seront les émotions que vos lecteurs vivront et que vous devrez retranscrire dans votre processus d’écriture.

Depuis le théâtre grec classique, la règle des 3 actes impose que l’oeuvre soit séparée en trois : une situation initiale tout d’abord, un événement ou une action qui intervient à l’acte 2, puis l’acte 3 qui décrit le dénouement.
Je vous ai représenté ici un exemple de ce que cela pourrait donner d’un point de vue graphique.

Vous pouvez bien entendu garder cette règle à l’esprit pour construire votre fiction, en provoquant par exemple un premier désastre à la fin de l’acte 1, puis un second désastre à la fin de l’acte 2, mais vous admettrez peut-être que si vous voulez écrire une fiction palpitante, il vaudra mieux vous inspirer de l’arc narratif du film “la Guerre des Etoiles”, par exemple.

C’est donc à vous de choisir, mais vous avez maintenant une vue d’ensemble qui vous aidera grandement à esquisser les temps forts de votre arc narratif, qui sera la résultante des arcs de personnages.

Ouf ! On continue la formation ?

Retrouvez la formation complète:

Laisser un commentaire