Ecrire de la fiction avec plaisir et motivation: l’écriture, jour après jour

Fiction: écrire au jour le jour avec plaisir et motivation

Voyons maintenant comment écrire votre fiction et surtout rester motivé jour après jour.

Voir toute la transcription du podcast...

Rester motivé(e) durant des semaines est sans doute la partie la plus difficile lorsqu’on écrit de la fiction.

Voici les conseils que je vous donne :

  1. écrire les scènes qui vous inspirent. Cela peut paraître peu orthodoxe, mais c’est une bonne solution.
  2. utiliser le “triangle d’écriture” inventé par Rachel Aaron pour démultiplier votre puissance d’écriture
  3. savoir quoi faire en cas de panne
  4. utiliser le “google doc” pour écrire son manuscrit
  5. utiliser les onglets “Journal” et “Stimulateur” sur la structure scénique du fichier “Google Sheet” que nous avons décrit précédemment pour mesurer ses progrès et comprendre les difficultés éventuelles

L’un de vos pires ennemis lorsque vous écrivez de la fiction est, outre la procrastination et le sentiment de faire trop de choses à la fois, l’épuisement psychique. Mais vous pouvez désormais compter sur votre structure scénique : elle est votre plan de vol, vous connaissez les étapes que vous devez parcourir, vous connaissez la destination.

Donc, libre à vous, lorsque vous commencez votre session d’écriture de la journée, d’écrire la ou les scènes qui vous inspirent. Si vous êtes d’humeur ou “dans le mood” comme on dit, vous avez certainement une scène qui vous appelle : une confrontation épique entre votre héros et sa némésis, une scène romantique, ou alors pourquoi pas, une scène de bataille, etc.

Écoutez donc la petite voix qui parle en vous et n’hésitez pas d’écrire la scène numéro 34 avant toutes les autres, si elle vous le fait savoir 🙂 Et, si vous êtes dans un jour de grâce où tout vous réussit, n’hésitez pas à déborder largement votre objectif de la journée pour compenser avec les jours où vous serez moins inspiré(e) 😉

Je vous conseille d’utiliser le triangle motivationnel créé par Rachel Aaron dont je vous donne les références en ressources.

L’idée est en fait, pour développer sa puissance d’écriture, de réunir trois ingrédients :

  • le savoir, c’est à dire savoir ce que vous allez écrire AVANT de l’écrire : utilisez tout simplement les informations de la scène dans votre structure scénique sur la ligne correspondante : vous saurez quel est le personnage principal, le lieu, l’objectif ou encore le choix si la scène est active ou réactive, rien du tout si elle est simplement narrative ou explicative
  • le temps, c’est à dire qu’il vous faut suivre votre productivité pour l’évaluer, ce que vous pourrez faire facilement avec les onglets “Journal” et “Stimulateur” que nous verrons un peu plus loin dans ce même cours
  • l’enthousiasme : soyez motivé(e) par ce que vous allez écrire. C’est important donc de ne pas hésiter à choisir une scène qui vous inspire plutôt qu’une autre. Pensez aux lecteurs qui se délecteront de votre histoire.

Inévitablement, vous serez en panne certains jours. Essayez d’écrire mais ne vous forcez pas au point de vous en dégoûter.

Faites plutôt du travail organisationnel : améliorez votre structure scénique, préparez certaines scènes en complétant les colonnes “actives” ou “réactives”, faites du travail d’édition en corrigeant les fautes d’orthographe, de style ou confiez cela à un ami. Vous pouvez aussi corriger certains passages un peu faibles et les améliorer.

Allez faire un tour, faites du sport, aérez-vous.

Il faut accepter que vous n’êtes pas une machine et que vous aurez des journées moins productives que d’autres. Chacun a ses petits trucs, ses petits plaisirs et vous apprendrez aussi à vous apprivoiser 🙂

Voyons maintenant comment écrire au jour le jour votre manuscrit.

Sur Google Drive, vous pouvez créer un nouveau document “Google Doc” à partir de l’interface que vous ouvrez sur votre navigateur Google Chrome. Si vous ne savez pas comment y accéder, tapez l’adresse suivante : “drive.google.com/drive/my-drive”.

Il faudra vous enregistrer avec votre compte gmail et votre mot de passe. Gardez-les donc à portée de main.

Ensuite, appuyez sur le gros bouton rouge “NOUVEAU”, en haut à gauche.

Choisissez ensuite “google Docs” dans le menu déroulant pour créer un nouveau fichier texte.

Une fois le fichier créé, il apparaît dans un nouvel onglet de votre navigateur Google Chrome. Je vous renvoie au cours “prendre du plaisir à écrire” pour personnaliser votre environnement. Ici j’ai choisi mon décor inspirant avec mon sous-main couleur bordeaux et mon dragon…

Plus prosaïquement, voici quelques trucs que je vous donne pour faciliter votre travail d’écriture jour après jour.

Tout d’abord, avant d’écrire chaque scène, créez une sorte de hashtag avec le numéro de la scène, suivi du titre de la scène. C’est ce que je vous montre au niveau de la flèche verte.

Lorsque vous créez ce petit ajout temporaire dans votre manuscrit, ne mettez pas d’espace et remplacez-les par des traits de soulignement, ceci afin que l’ensemble de ce “super mot composé” ne compte que pour un seul mot en fait. Cela ne faussera pas trop vos statistiques journalières d’écriture.

Il y aura donc autant de petits “hashtags” que vous créerez de scènes, et vous pourrez ainsi facilement naviguer dans votre manuscrit d’une scène à l’autre. Vous effacerez ces petits repères lorsque vous éditerez votre manuscrit final, avant publication sur Amazon ou CreateSpace par exemple : vous pourrez utilement suivre la formation que je propose à ce sujet à un tarif avantageux. Rendez-vous dans la leçon bonus à la fin de cette formation 🙂

Je disais qu’il est utile de naviguer facilement dans un long manuscrit. Si vous formattez vos numéros et noms de scène avec un style “Titre 3” par exemple, il sera aisé de les mettre en évidence et d’y accéder.

Pour cela, sur Google Doc, vous pouvez installer ce que l’on appelle des modules complémentaires : ce sont des petits programmes mis au point par des développeurs indépendants et qui rajoutent des fonctionnalités diverses et variées au programme de base proposé par Google. C’est un peu comme les applications que vous rajoutez à la configuration initiale de votre smartphone Android ou votre iPhone.

Ainsi, utilisez le module complémentaire “Document Navigator” pour vous déplacer facilement entre les chapitres et les scènes de votre fiction. Vous pouvez voir qu’une fois activé, la structure linéaire en chapitres et scènes apparaît sur la droite. Ce sont des liens auxquels on peut accéder en cliquant avec la souris. Simple. Efficace.

Voyons maintenant comme suivre votre progression jour après jour sur votre structure scénique contenue dans une “Google Sheet”.

De retour sur votre Google Sheet contenant la base de données de votre structure scénique que nous avons étudiée lors d’une leçon précédente, vous pouvez accéder à l’onglet “Journal”.

Comme son nom l’indique, c’est là que vous allez noter jour après jour les mots que vous écrivez et à partir duquel sera généré le fameux “stimulateur graphique”.

Les calculs se font semi-automatiquement sur cette feuille de tableur. Vous devrez peut-être modifier quelques cellules, c’est pour cela que je vous expliquerai comment la paramétrer.

Sur ce grossissement, on voit un peut mieux les données que vous pouvez éditer vous-même : la date de début de création de votre fiction (ici le 1er janvier 2016), puis l’objectif en mot (ici 50.000). Vous pouvez écrire aussi le nombre de jours que vous vous fixez  (ici 30) et la date de fin sera calculée.

Ensuite vous inscrivez jour par jour le nombre de mots cumulés dans la colonne écrit. Vous pouvez aussi écrire dans la colonne “infos stimulateurs” des informations qui apparaîtront sur le graphique.

Voyons maintenant ce que ce tableau peut donner visuellement en matière de courbes et d’histogrammes.

Nous voici donc sur l’onglet “Stimulateur”, celui qui va vous permettre de facilement mesurer votre progression et l’atteinte de votre double objectif en terme de temps limite et de mots. On y voit donc en rouge la ligne de votre objectif de mots par jour, compte-tenu de votre objectif global.

En bleu on reconnait le cumul de vos mots écrits par jour. Ne vous inquiétez pas, je ferai un grossissement.

En mauve, j’ai rajouté des histogrammes avec des libellés permettant de connaître facilement le nombre de mots écrits par jour, non cumulés.

En noir on voit des informations temporelles représentées verticalement : ce sont par exemple la fin de vos phases de préparation, vos chapitres, en bref toute information qui vous semble pertinente pour vous aider à bien suivre la progression de votre effort créatif et scriptural.

Voilà donc un agrandissement de cette courbe où l’on voit cette fois clairement les informations pertinentes.

Cerise sur le gateau, une colonne verte s’affichera pour bien symboliser le jour d’aujourd’hui, comme sur cet exemple. Cela vous permettra de visualiser rapidement où vous en êtes d’un point de vue temporel si vous n’avez pas actualisé les données pendant quelques jours.

Voilà donc les différents outils motivationnels, graphiques et visuels qui vous aideront je l’espère à écrire jour après jour en restant motivé 🙂

Passons maintenant à la suite de la formation, si vous le voulez bien.

Retrouvez la formation complète:

Laisser un commentaire