Ecrire de la fiction avec plaisir et motivation: la carte mentale « efficace »

Fiction: la carte mentale « efficace »

Vous avez maintenant une bonne idée de ce qu’est une carte mentale. Je vais vous présenter la carte mentale “efficace”, celle qui vous permettra de créer facilement votre fiction et que vous pourrez personnaliser si vous le souhaitez.

Voir toute la transcription du podcast...

Dans ce cours, je vous donnerai ce qui me semble être une méthode utile pour créer votre fiction. Cette méthode avec la carte mentale est suffisamment souple et versatile pour que vous puissiez l’adapter, la personnaliser à vos propres besoins, une fois que vous l’aurez bien assimilée et comprise.

Voici les étapes à parcourir dans ce cours :

  1. prendre connaissance des 4 axes de développement majeurs de votre fiction et créer une nouvelle carte mentale
  2. créer une carte mentale efficace

Je vous conseille de créer une carte mentale avec quatre axes majeurs de développement de votre fiction.

Il y aura tout d’abord :

  1. les personnages principaux et secondaires avec leurs intrigues et sous-intrigues. Ils sont les acteurs de votre fiction et c’est à travers eux que vos lecteurs vivront toutes les aventures, connaîtront les puissantes émotions que vous aurez concoctées à leur intention
  2. les lieux, les différents décors, pièces, villes ou univers où se dérouleront les aventures de vos personnages. On peut parfois considérer que les lieux sont parfois de véritables personnages, cependant il me semble opportun de bien les séparer : les lieux peuvent être une source considérable d’inspiration pour vous.
  3. les objets, c’est à dire toutes les choses matérielles qui peuvent avoir une importance particulière : l’objet d’une quête, une arme, du mobilier, etc. La définition est suffisamment large pour que vous puissiez y inclure tout ce qui vous semble opportun.
  4. la chronologie, qui préfigurera la structure scénique que nous verrons dans une prochaine section. Cette bulle sera la dernière que vous développerez, avant de passer à la phase suivante de la création de votre fiction.

Comme je vous l’ai recommandé, nous allons travailler ici avec l’application de cartes mentales en ligne qui s’appelle “mindmup”. Vous pouvez en utiliser d’autres bien entendu, mais “mindmup” permet de collaborer en temps réel avec d’autres participants sur votre carte mentale : un ou une amie, un autre auteur, ou un coach littéraire et auteur, comme moi.

Le logo de cette application est une sorte de petite araignée bleue sympathique dont la forme rappelle une carte mentale et la toute nouvelle version, la numéro 2 au moment où je vous parle, est très bien intégrée à Google Drive.

Pour y accéder, ouvrez votre navigateur préféré et tapez l’adresse : mindmup.com

Si c’est la première fois que vous utilisez “mindmup”, choisissez “create a new map”, soit créer une nouvelle carte, en français.

Ensuite, choisissez entre trois options possibles pour sauvegarder votre future carte mentale :

  • d’abord “carte publique en ligne à partager avec le monde” : cette carte sera sauvegardée sur le site mindmup lui-même symbolisé par l’araignée bleue ; ne faites cela que si vous êtes sûr que les informations de votre fiction ne sont pas confidentielles où que vous n’y attachez pas beaucoup d’importance ;
  • carte privée sur Google Drive où vous contrôlez le partage : c’est la solution que je recommande et que j’appliquerai ici. Je n’aborderai pas dans cette formation comment créer un compte gmail mais c’est facile et gratuit. Je vous signale cette option au niveau de la flèche rouge
  • carte privée sur Mindmup, nécessitant un abonnement payant, symbolisé par l’araignée de couleur gris sombre.

Votre choix effectué, voilà ce que vous devez voir en principe : un espace blanc au centre duquel se trouve la première bulle de votre carte mentale, au niveau de la flèche rouge;

Double-cliquez sur la bulle bleue et tapez le titre de votre fiction. Par exemple, je ne sais pas moi, un truc qui jette bien, une histoire galactique, avec de la romance, des rebondissements, des monstres… ah oui, j’ai une idée géniale : “la guerre des étoiles”.

Pas mal, non ? Ça jette, je trouve…

Bien, ensuite donnez un nom à cette carte mentale en éditant le champ tout à fait en haut à gauche, au niveau de la flèche rouge.

Tapez par exemple “Ma fiction”. Cela vous aidera à différencier vos futures cartes mentales pour les dizaines d’oeuvre de fiction que vous allez créer dans les années qui viennent, grâce à cette formation tout à fait remarquable… Bon, je plaisante.

Après cela, commençons à bien nous organiser. Votre carte mentale sera créée par défaut dans la racine de votre répertoire “Google Drive”. Je vous conseille de créer sur Google Drive un dossier pour votre fiction où vous rassemblerez les fichiers nécessaires à la création de votre fiction.

Cliquez sur l’icône dossier, immédiatement à droite du nom de la carte mentale (ici “Ma fiction”). Vous verrez apparaître en anglais la mention “move to folder” qui veut dire “déplacer vers le dossier”.

Une fenêtre apparaît où vous pouvez choisir le dossier de destination de votre carte mentale créée sur “mindmup”.

Au besoin, créez un nouveau dossier sur Google Drive.

Vous voyez que vous pouvez partager ce nouveau type de fichier avec une extension “.mup” avec des collaborateurs, tout comme vous le faites probablement déjà sur Google Drive avec des fichiers texte, tableur, des images ou des vidéos.

Nous allons rajouter quatre bulles filles à la bulle initiale. Pour cela, cliquez gauche sur la bulle centrale pour la sélectionner, puis cliquez droit pour accéder à un menu contextuel.

Cliquez sur “Insert Child” ou insérer bulle fille en français ou plus simplement tapez la touche “INSERT” sur votre clavier.

Je vous recommande d’utiliser les touches du clavier, ce sera plus rapide pour vous.

Une bulle grise nouvelle apparaît sur la droite. Je double clique cette bulle ou j’appuie sur la touche “F2” pour éditer le nom.

Je tape “PERSONNAGES” au pluriel. C’est le premier axe de développement de notre future fiction.

Maintenant je vais changer la couleur de cette bulle. Je vous conseille d’utiliser les couleurs pour les catégoriser entre elles. Je vous proposerai un système pour utiliser les couleurs mais vous êtes libre d’en changer si vous penser les utiliser autrement.

Comme précédemment, je clique droit sur la bulle grise et sélectionne le pot de peinture en haut à gauche du menu contextuel.

Une palette de couleurs très sympa apparaît. Je vais choisir le noir, car je veux des bulles très contrastées.

Voilà, la première des quatre bulles représentant les axes de développement de la fiction apparaît.

Je refais la même chose pour les trois autres bulles, à savoir :

  • lieux
  • objets
  • chronologie

Faites de même, prenez votre temps et revoyez les phases précédentes si vous n’avez pas bien compris, car c’est un peu déroutant la première fois, je sais ce que c’est…

Au bout de quelques minutes, vous devriez obtenir cela. Si les bulles ne sont pas exactement au même endroit, déplacez-les en cliquant gauche sur la bulle que vous voulez déplacer, maintenez le bouton de la souris enfoncé et lâchez la bulle à l’endroit où vous voulez la laisser.

Vous pouvez aussi zoomer ou dézoomer en cliquant alternativement sur les petites loupes que vous voyez en haut sur la barre d’outils, au niveau de ma flèche rouge.

J’ai quelques idées pour mes personnages, mais j’aimerai bien planter le décor des différentes actions car je me sens plus inspiré.

Je vais donc tout simplement inventer des bulles-filles de la bulle “LIEUX”. Apparaissent alors les planètes, l’Etoile Noire…

Essayez vous-même, c’est ultra simple de créer des bulles avec la touche “INSERT”.

Bon, ensuite je commence à détailler mes planètes pour avoir des informations factuelles. En rajoutant des bulles, je génère des idées et si je détecte ensuite des catégories dans ces idées : par exemple la géographie, les types de population, je peux facilement regrouper les bulles en les détachant et en les “greffant” dans de nouvelles bulles-mères pour que ma carte mentale reste lisible tout en grandissant dans toutes les directions.

Par exemple je constate que je peux regrouper “humains” et “androides” dans une catégorie “habitants” de la planète Tatooine.

Je vais donc créer une bulle “HABITANTS” dépendant de la bulle mère Tatooine, ici avec la flèche rouge.

Ensuite, faites attention : je clique gauche sur la bulle “humains” pour la sélectionner et ensuite, tout en maintenant le bouton gauche de la souris enfoncé, je déplace la bulle vers le bas, jusqu’à toucher la bulle destination “HABITANTS” qui à ce moment-là se retrouve activée, entourée de pointillés rouges.

Il faut alors “lâcher” votre bouton gauche de la souris et la bulle “humains” se trouve alors bulle-fille de cette bulle-mère “HABITANTS”. Elle est donc “greffée”.

Même chose pour la bulle “droïdes”.

De la même manière lorsque vous créez votre propre carte mentale et que les idées vont apparaître spontanément, créez des bulles et un peu plus tard organisez-les en greffant des bulles filles sur des bulles mères.

Admettons que maintenant je n’ai plus besoin d’avoir toutes les informations relatives à la Planète Tatooine : je veux les conserver, mais ne plus les voir à l’écran.

Pour cela, rien de plus simple, on peut plier ou déplier une structure arborescente en utilisant un seul bouton.

Alors tout d’abord sélectionnez la bulle “Planète Tatooine” : la bulle apparaît alors entourée de pointillés bleus.

Ensuite cliquez sur le bouton “plier le sous-arbre” que je vous montre avec la flèche rouge. Et hop ! Toutes les sous-bulles disparaissent sous leur bulle-mère : on voit une sorte de “tas de bulles” sous la bulle “Planète Tatooine”.

Vous pouvez alternativement cliquer de nouveau sur le bouton en haut à droite pour “déplier” toute la structure arborescente, l’arbre en quelque sorte.

Bon, après quelque dizaines de minutes d’idées géniales, j’arrive à ça…

J’ai créé en haut une bulle verte qui contient les 20 types d’intrigues que nous avons vues dans un cours précédent et j’ai commencé à travailler les personnages, en leur créant des intrigues et sous-intrigues. J’ai mis une couleur pour chaque intrigue et les bulles successives qui la composent dans le temps

 

Vous voyez déjà je l’espère la puissance de la carte mentale “efficace” avec les 4 axes de développement. Elle vous permet de jeter des idées qui en généreront d’autres. Vous pourrez ensuite les organiser en les greffant, puis les plier ou les déplier à votre guise en fonction de l’aspect particulier de votre carte que vous voudrez étudier ou développer.

Nous n’avons vu que 3 axes de développement ici me direz-vous. Eh bien, vous avez raison, c’est un peu comme les trois mousquetaires, qui étaient quatre en fait. Voyons le quatrième axe de développement, la chronologie, dans le cours suivant… Vous comprendrez pourquoi j’ai délibérément séparé la chronologie du reste 🙂

Vous avez le droit d’aller prendre un café ou une bonne bière aussi, parce que ce cours-là était un peu difficile. Rassurez-vous, le plus difficile est derrière nous maintenant. Ou pas…

Allez, à tout de suite !

Retrouvez la formation complète:

Laisser un commentaire