Ecrire de la fiction avec plaisir et motivation: chronologie, le “train” et les wagons en ordre de marche

Fiction: chronologie

Nous avons vu précédemment trois des quatre axes de développement majeurs de votre fiction : les personnages, les lieux et les objets. Voyons maintenant la chronologie.

Voir toute la transcription du podcast...

La chronologie est le quatrième axe de développement de votre fiction, et le dernier à remplir avant d’aborder la deuxième phase, celle de la “structure scénique”. C’est en fait une résultante de trois axes de développement majeurs que je vous ai proposés.

Nous verrons comment.

Voici les étapes à parcourir dans ce cours :

  1. considérer la chronologie comme un outil de traduction entre deux visions de la fiction : la vision “moléculaire” et la vision “linéaire”
  2. nous ferons ensuite une petite analogie, avec le train et les wagons, pour comprendre comment passer facilement de la carte mentale au texte
  3. enfin nous verrons rapidement comment concrétiser cette analogie au niveau de la carte mentale et de la dernière bulle, la bulle “chronologie”

Lors de la conception de la carte mentale qui nous a permis de générer facilement des dizaines de bulles-idées et de commencer à les organiser, nous étions en mode “créatif” si vous le voulez : il faut durant cette première phase favoriser la tempête du cerveau, ou des cerveaux si vous travaillez à plusieurs, et la carte mentale est un outil essentiellement spatial, modulaire, je dirai même “moléculaire” dans sa forme.

C’est donc difficile de pouvoir la “traduire” dans une forme “linéaire” ou lisible si vous le voulez car n’oublions pas que le produit final de notre fiction peut être un scénario, une nouvlle ou un roman, bref un texte que les lecteurs vont absorber… en lisant. Ce que je vous dis maintenant peut vous paraître complètement saugrenu, mais en fait il faut trouver un système pour passer facilement de la vision “moléculaire” à la vision “linéraire”, des bulles créatives au texte de fiction sur un livre papier ou numérique que l’on lit tranquillement au lit, sur la plage ou dans un transport en commun.

C’est le rôle de la dernière bulle, la bulle “chronologie”, dont je vais vous expliquer le fonctionnement. C’est simple, rassurez-vous.

Alors, si l’on reprend notre carte mentale “Guerre des Etoiles” où nous l’avions laissée, et qu’on la regarde sous l’angle de la fiction linéaire ou du texte, le moins que l’on puisse dire c’est que ce n’est pas évident de “transformer” cette explosion de bulles en texte cohérent.

Permettez-moi de faire une petite analogie pour mieux comprendre.

Imaginons que votre texte de fiction est une sorte de train immense dont les voitures, ou les wagons, seraient chacune une scène.

Le lecteur lira vos scènes les unes après les autres, linéairement, alors qu’elles ont été créées par vous de façon “non-linéaire”.

Pour organiser votre train de fiction, vous êtes maintenant chef de gare de l’imaginaire.

Vos intrigues, créées à partir de vos personnages, lieux et objets sont les wagons du train que vous devez mettre en ordre de marche de façon rationnelle, les wagons un par un, les uns après les autres.

On peut imaginer que vos bulles de la carte mentale apparaissent comme ceci.

Chaque wagon représente une scène (500 mots en moyenne comme nous l’avons vu) et la suite de wagons d’une même couleur représente toute l’intrigue ou les sous-intrigues : par exemple Leia (wagons orange) commence par confier à R2-D2 les plans de l’Etoile Noire, avant de se défendre contre les soldats de l’Empire, puis d’être capturée, confrontée à Dark Vador, emprisonnée, torturée, puis délivrée par Luke et Han Solo, etc.

L’intrigue de Luke – ici avec les wagons rouges – commence lorsqu’on le voit acheter les droïdes près de la maison de son oncle Owen, puis lorsqu’il répare les droïdes, ensuite quand il part à la recherche de R2-D2 puis rencontre Obi-Wan Kenobi, etc. Autant de scènes qui fond la puissance de la Guerre des Etoiles.

En tant que chef de gare vous devez organiser votre train de façon logique et le mettre en ordre de marche, ranger les wagons pour que les scènes soient percutantes et suivent un ordre logique, une par une. Vous devez vous conformer à certaines règles.

Je vous conseille donc de :

  • respecter la succession des événements dans le temps et leur causalité : par exemple Luke n’apparaît que tard dans le film, alors qu’il est le personnage principal.
  • respecter l’arc narratif. Si vous avez esquissé un arc narratif comme nous l’avons vu dans une leçon précédente, utilisez-le à bon escient maintenant comme un plan pour bien organiser votre train de fiction, vos wagons et vos scènes.
  • soyez prêt ou prête à changer d’ordre si vous vous rendez-compte, où l’un de vos amis avec qui vous travaillez, qu’une scène est illogique ou anachronique par rapport à l’intrigue principale de votre fiction.

Nul besoin de sortir vos playmobils ou votre vieux train électrique pour organiser votre fiction.

Cette petite analogie avait simplement pour but de vous montrer ce qui va suivre. Retournons à notre carte mentale. La locomotive de votre train sera donc la bulle “chronologie” en bas vers la gauche, là où apparaît le rectangle rouge.

L’exercice consiste donc simplement à RECOPIER une par une les bulles de chaque scène composant les intrigues, dans l’ordre logique ou de causalité, UNE PAR UNE, à la bulle “CHRONOLOGIE”.

Ne touchez pas au reste, ne coupez pas les bulles, car vous détruiriez la structure créative qui doit rester présente, que ce soit pour vous aider dans l’avenir losque vous y reviendrez, ou pour la modifier si vous pensez que votre fiction a des défauts, lors de la phase de “structure scénique” ou encore d’écriture”.

Petit à petit, vous allez recopier les bulles une par une et former votre “train de fiction”. Vous pourrez identifier rapidement les intrigues et sous-intrigues grâce aux couleurs se rapportant à chacune, et je vous donne encore deux conseils

  • numérotez chaque scène à l’intérieur de chaque intrigue : par exemple scène 1 pour Leia, puis scène 2 pour Leia, etc. De même pour chaque personnage. Vous pouvez donc mettre un numéro dans chaque bulle
  • vous pouvez rajouter une information sur la tension de chaque bulle / scène : en graduant par exemple de 1 à 10 pour une tension ou un engagement faible ou maximal, vous pourrez ainsi visualiser votre “arc narratif” et vos arcs de personnage plus facilement.

Voilà pour la théorie de la dernière bulle de développement majeur de votre fiction, la “chronologie”. Félicitations, vous avez finalisé la première phase de la création de votre fiction. Vous méritez une petite pause 🙂

Retrouvez la formation complète:

Laisser un commentaire